vendredi 2 octobre 2015

La ville vidée (extrait 1)





dans la voiture elle a rejoint ses jambes
et derrière le volant juste l'obscurité

dans sa gorge l’écharpe s’entremêle
a son côté une doublure

celle qui monte avec elle
là où les rues allongent leurs manches

là où l'encens jaunit les fissures
où tout s’attend mais ne sait plus vouloir

l'avenue ne brille qu'en vitrines
et sous leur verre cassé de pauvres bêtes se réjouissent

bruits de pas aveugles poussière et caoutchouc
la faiblesse abolie tout va se perdre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire