vendredi 9 octobre 2015

La ville vidée (extrait 2)





rouler le long du fleuve la promenade
en forme de démon ou bien d'esprit errant
dans le manteau d'été ses doigts glissent tièdes
aux aguets de petites flammes et de la jungle proche

*
**

dans sa maison en feu elle parle aux lézards
ses mots caressent les murs comme forêts

puis dans le jardin creusé une main s'élève
et droits passent les visages

ils ne la voient pas alors pourquoi part-elle
comme si sa peau savait le tour du temps

leurs souffles froids sa nuque plus trouble
sur leurs yeux une buée sans tain une haleine

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire