dimanche 27 novembre 2016

La tour peinte





La tour peinte que le temps a rendu lépreuse,
comme cela est la règle,
a éloigné tout ce qui pouvait
chercher derrière ses murs
quelque chose où s’abriter.

Ni animaux fabuleux ni êtres humains d’aventure
ne s’adossent plus à sa pierre
où un grand trou laisse voir le fond du tableau.

Avant peut-être en avait-on peur
ou du désir mais on en parlait,
comme d’une chose avec quelque chose
au dedans, même rien, même sans fond.

Avant que la maladie ne fasse remonter
le paysage sur sa peau,
comme cela est la règle
de cette maladie qui n'en est pas une.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire