vendredi 6 janvier 2017

Paysage du jour




Il y a mon ombre, quand je marche à l'angle du lycée
et les gamins qui marchent, eux aussi,
ou bien qui attendent, à l'entrée.

Leu allure me parle,
leurs paroles ne me parlent pas.

Je me rappelle avoir marché comme eux,
une fille qui marchait comme elles,
mais ce qu'ils disent tombent.

Une silhouette résiste au temps,
sans doute plus qu'une voix.

Je passe tous les jours devant le lycée,
mes images s'en trouvent rincées
par la réalité des lycéens,

bien plus médiocre - bien sûr -
que la mienne - d'il y a vingt-cinq ans-
et pour ça bien plus vivante - bien sûr-

et pour ça je ne suis pas mal content
de mon ombre sur le trottoir.
Je ne sais pas à quoi elle ressemble
tandis qu'elle renaît à l'angle du lycée,

mon ombre qui ne semble rien
et n'a jamais changé.




Léon Spilliaert, "L'escalier"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire