samedi 7 janvier 2017

Paysage du jour 2




Je vais sous la terre juste pour le soupir
d'aller sous la terre,
de voir les murs perdus
dans la nuit qui est partout
mais se cache dans la gorge
de la lumière et sort
quand tout se fatigue.

Je vais sous la terre et je ne m'arrête pas,
le temps m'est compté
et je ne travaille pas juste pour le soupir
d'aller sous la terre.

Pourtant il y a ces mots
qui se tiennent les joues dans les murs
et oeil pour oeil
comme eux disparaître et briller.

Mais je vais sous la terre pour le soupir
et quand je remonte les regards
se réveillent, cette femme
saoule vient vers moi.
Je lui souris et mon travail
se reprend, en plein jour.



Incendie du théâtre de Nîmes, en 1952

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire