mercredi 25 janvier 2017

Paysage du jour 6




Les câbles qui lient
les retrouvailles entre elles
sont là,
tendus sous le néon,
dans le vent parti,
mais ils ne parlent plus
de langue.

Ils font silence et coupent le vide
en plein de vides et les bouches
qui résonnent sont
muettes comme
au début.

A ne rien pouvoir écouter
il vaut mieux attendre demain,
les grains de cristal dans l'air, une vitre
chaude où poser la joue.

C'est comme cela qu'on traverse la ville
en ce moment qui n'a pas de voix
et tournerait bien dans une rue inconnue.



Setsuko Hara dans "Fin d'automne" de Yasujiro Ozu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire