lundi 2 janvier 2017

Un rivage





Un rivage, un piège.
On ne peut entrer, même le regard.

Quelqu’un fait signe pourtant,
mais a donné sa main à qui nous ignore
et avance vers nous pour toujours,
miroir sans buée, se détache de nos lèvres
aussi sûr que d’elle-même se détache la falaise,
comme une peau grise sous les yeux
de qui trop la voit.

Une langue sort d’une rotonde,
un pont de pierre sur une roche
qui porte un air de nuit et de jour,
un air sans parfum qui n’est que trompe-l’œil,
comme tout le reste, il faut s’en retourner
avant de vouloir tant l’arracher
et n’en rien pouvoir.

On ne peut entrer, même le regard,
tandis que sur les rochers
ricane un peuple de singes
que nul n'a jamais connu.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire