vendredi 30 juin 2017

Paysage du jour 28



 
la cité de bateaux et leurs quais au creux
paresseux couverts de chair de voix
sans un regard les épaules en dessous
vers le fond le peu de bruit qui s'éteint

le long de ce qui semble
une allée est en fait le silence
si voulu qui parle en pincements
et ce qu'on regarde c'est devant

le fleuve et l'éclair penaud
dans l'eau qui le rend au regard
et se poursuit vers sa fin
tout au bord des touristes pauvres gens attendent

le mot froid de redire
se lit mille fois
dans la plage chaque galet
un pas en écorche l'oeil

la porte en quels mots
ce souvenir la mange-t-il
il semble que nul n'était né
qu'elle battait déjà

les amis leurs couronnes de verre
leur air perdu leurs terres
comme leur vouloir effacé et ce peu
qui parle souffle et brûle l'oreille



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire