dimanche 27 août 2017

Paysage du jour 31



 
Au bout de la faculté
les murs se resserrent
et disparaissent dans le dos
comme un visage ou au moins un regard

qui marche ne se retournera plus
d’entrer dans le bois il s’agit à présent
d’y porter ses bras en avant

vies dans la ville engrangées
dans quelles feuilles sont écrasées

On parle souvent de cet enfant perdu
que la forêt a mis dans ses cornes,
tout avalé sans avoir vécu

peu connaissant qui pourtant avait dit
qu’au creux de la ville il n’y avait
rien à voir au bout de la faculté
plus précisément



Oeuvre de Stéphane Mandelbaum

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire