mercredi 6 décembre 2017

Notes Ozu 1




Il y a ce qui insiste à chaque retour,
les bruits du port en contrebas,
les regards portés de profil
vers ce qui n'est pas autre chose
que l'air transparent vide et la limite
de l'image et la limite tout court.

Les lignes partent toutes
dans des directions différentes
mais elles se retrouvent toutes
les unes avec les autres
parce qu'il y a la limite dans l'image.
Au-dehors c'est autre chose, ce n'est pas
ce dont parlent ceux qui parlent parce qu'ils sont là.




 Jasujirô Ozu, "Voyage à Tokyo"


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire