mercredi 17 janvier 2018

Paysage du jour 50





Les voix qui se bousculent,
les moteurs, les batteries, les cœurs
gonflés à l'infini jusqu'à
ce qu'on les abandonne ;
d'impulsion en impulsion clignote
de plus en plus vite le phare épuisé
qui sépare les inconscients, toujours
plus nombreux, de la nuit.


Si on marche sans lumière,
un loup guide les pas.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire