mardi 10 avril 2018

Notes Ozu 3


     
Nous sommes particulièrement repartis,
sans grand soleil ni autre
astre, chacun
ne sait rien, marche
cependant. Le sol
semble pauvre, posé là,
pourtant vit toujours,
peut-être car la vie
à son ventre ne prend pas.

La rue finie
d’être vue et les passants finis
de même, comme des verres,
nous sommes repartis particulièrement.

Tout se fait en secret dans l’esprit,
pas à pas, sans heurt
sauf les images : ce jour qui part aussi
fut un cinéaste.

Yasujiro Ozu : "Printemps tardif"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire