mardi 8 mai 2018

Le son d'Anvers (extrait)





avec Pascal Deleuze


Mécanique sur une plage
                        qu’on n’a pas vue

            le vent se prend dans les drapeaux
on ne peut que le soleil imaginer,
            bizarre pour une plage du Nord
mais de toutes façons tout est bizarre


La ville qu’on n’a pas vue
sauf des morceaux            – on se souvient des épaules des gens –
ce qui importe c’est ce qu’on a vu
                                                ce n’est pas tout
(comme si on pouvait poser ses yeux
dans chaque pierre d’une ville)

mais c’est l’impression qu’on a
            au premier abord avec le souvenir
puis tout est faux quand on réfléchit bien,
tout fait du bruit, on court après le silence

alors ce qui traverse,
le fleuve strident des piétons,
son sable brillant aux oreilles,
c’est intégralement la ville
que rien en nous ne retient

sauf les images qu’on peut projeter
une fois enregistrées,
            il faut juste s’acheter l’appareil
            qui permette cela, avec son argent à soi,
            uniquement à soi.

On peut même prendre une photo de ce qu’on n’a jamais vu.

Après tout on y est allé,
c’est juste après coup qu’on prend des vues.
On recadre à partir des autres lieux,
c’est facile : ils se mélangent tellement,

ils ne forment qu’un
millier d'unités.




Photo: Bowie Lenaerts

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire